Cystite de la lune de miel :
Le prix de la passion amoureuse ? 

La cystite, aussi appelée infection urinaire, est une infection de la vessie. Cette infection des voies urinaires dépend de plusieurs facteurs. Notamment des rapport sexuels… Vous venez de tomber amoureuse ? C’est pendant ces moments magiques que sévit, malheureusement, la « cystite de la lune de miel ». Vous avez des questions ? Voici quelques réponses !  

Pourquoi les rapports sexuels augmentent le risque de cystite ?

L’infection est favorisée par les rapports sexuels, car le frottement au niveau du méat urinaire (orifice de sortie de l'urètre au niveau de la vulve) lors des rapports favorise l’entrée dans l’urètre et dans la vessie des bactéries normalement présentes au niveau du vagin.  

Pour être précis, c’est souvent après une longue période d’abstinence, et la rencontre d’un nouveau partenaire, qu’il est fréquent de présenter des signes d’infection urinaire après un rapport sexuel. Votre corps n’a pas encore eu le temps de s’adapter aux germes de votre partenaire. Les risques de survenue d’une cystite post-coïtale augmentent. Néanmoins, il n’est pas nécessaire de se marier pour avoir une cystite de la lune de miel !  

Pourquoi l’appeler cystite de la lune de miel ? Les amoureux ont tendance à avoir des rapports sexuels très fréquents pendant leur lune de miel. Et cela se traduit logiquement par un grand nombre d'infections urinaires. Les médecins ont choisi ce vocable « lune de miel » car cette période implique des rapports sexuels fréquents avec un nouveau partenaire. Même si aujourd’hui la lune de miel se réfère davantage à la période d’une relation amoureuse qu’à un voyage post-mariage sous les tropiques1 !

 

Quels sont les facteurs de risque d’une cystite lune de miel ?

Vous l’aurez compris, l’activité sexuelle est la cause principale. Les femmes ayant une sexualité active sont plus exposées, avec un lien direct entre la fréquence des rapports et le changement de partenaire. L’utilisation de gels spermicides, les pratiques anales et les habitudes d'hygiène intime après l’acte amoureux sont également des facteurs de risques potentiels2.

Quels sont les symptômes de la cystite lune de miel ?

Comme la cystite chronique ou aiguë, la cystite de la lune de miel se caractérise par une envie fréquente d’aller uriner, une sensation de forte brûlure au moment de faire ses besoins et des crampes au niveau du bas-ventre. L'urine peut aussi se troubler et avoir une odeur désagréable. Généralement, l’infection urinaire débute dans les 4 à 24 heures qui suivent le rapport3 

Les symptômes de la cystite lune de miel disparaissent en 3 à 5 jours. S’ils durent plus longtemps, si une fièvre apparaît ou si l'urine prend une teinte rougeâtre, il faut consulter un médecin. En effet, il peut alors s’agir d’une pyélonéphrite : elle fait suite à une infection urinaire basse, non ou mal traitée4.

Puis-je transmettre ma cystite à mon partenaire ? 

Dans 90 % des cas, la cystite est due au germe Escherichia coli. Ce germe n'est absolument pas sexuellement transmissible. Donc le partenaire ne court pas de risque. Il n'y a donc pas de raison de mettre un préservatif quand la femme à une cystite due au germe Escherichia coli.  

Si vous êtes en couple ou si vous avez un partenaire régulier, il n’y pas lieu de changer vos habitudes. Néanmoins, en cas de nouveau partenaire, le préservatif reste toujours le meilleur moyen de se protéger des infections sexuellement transmissibles. Or, s'il s'agit d'une infection urinaire où un autre type de bactérie qu’E.coli est en cause - Chlamydia par exemple - la cystite peut être transmise au partenaire pendant l’acte sexuel5.  

Peut-on faire l’amour avec une cystite ?

Il n’y a pas de contre-indication à avoir des rapports pendant un épisode de cystite. Cela dit, avoir un rapport pendant une cystite peut être désagréable car elle accentue les symptômes de la cystite. En effet, les douleurs dans le bas ventre ne font souvent pas bon ménage avec le désir sexuel…. Il peut ainsi être souhaitable de traiter la cystite avant de reprendre sa vie sexuelle.

Comment éviter la cystite après un rapport sexuel ?

Souvent, la première infection coïncide avec le début de l’activité sexuelle. Les femmes ayant déjà eu des infections urinaires doivent redoubler de prudence lors des rapports sexuels pour que ça ne recommence pas.  

S'il y a une infection urinaire après un rapport, cela signifie que les germes présents normalement au niveau de la vulve sont remontés par l'urètre, dans la vessie, à cause de la mécanique du rapport. Uriner après chaque rapport contribue à empêcher les germes d’aller dans la vessie et de déclencher une cystite.

Puis-je contracter une cystite lune de miel après 50 ans ?

La lune de miel n’est pas réservée à un âge précis ! Tout comme la cystite…  

Il existe deux moments privilégiés pour contracter une cystite dans la vie d’une femme : l’un chez les personnes jeunes qui n’ont jamais eu d’enfants et l’autre chez les femmes ménopausées non supplémentées (vitamine B, C, D, etc.)3. Les femmes enceintes ont aussi un risque plus élevé de contracter une infection urinaire, même si elle n’est pas automatique.  

Existe-t-il un moyen de prévenir la cystite lune de miel ?

Pour que le plaisir ne rime pas avec problèmes de vessie, quelques règles d’hygiène et d’hygiène de vie simples sont à respecter.  

Pour la femme comme pour l’homme, la toilette avant et après les rapports sexuels et le fait d’aller uriner 15 minutes maximum après le rapport diminuent la survenue de la cystite lune de miel6. De même, le changement quotidien de sous-vêtements permet aux bactéries de ne pas s'accumuler dans la région vulvaire et diminue le risque de cystite.

Au moment du passage aux toilettes, on s’essuie d’avant en arrière pour ne pas ramener des bactéries du tube digestif (via l’anus) au niveau des voies urinaires.  

L’excès d’hygiène est préjudiciable, sans parler des douches vaginales qui sont totalement à proscrire. Le vagin est recouvert de muqueuses protectrices et « auto-nettoyantes » : alors pendant la douche, on utilise un savon au pH neutre sur les parties génitales externes uniquement. Une hygiène intime simple quotidienne limite la prolifération des germes7.

Boire beaucoup d’eau. C’est un moyen de défense naturelle contre les infections urinaires. Cela permet de diluer les germes au niveau de la vessie et de faciliter leur évacuation par l’urine. Il est fortement conseillé de vidanger complètement sa vessie plusieurs fois par jour.

Et pour prévenir les cystites, Femannose®N à base de D-mannose est un précieux allié. En prévention, il est conseillé de prendre 1 sachet par jour pendant 1 mois, avec la possibilité de prolonger au-delà en faisant une pause de 3 à 5 jours tous les 30 jours de prise.  

Une période amoureuse se profile ? Une boîte de Femannose®N dans sa valise ou dans son armoire à pharmacie peut être très utile !  

Femannose®N Produit

Comment traiter la cystite lune de miel ?

Vous partez en week-end prolongé avec votre chéri et bien sûr vous ne comptez pas gâcher le moment à cause d’une potentielle cystite lune de miel !  

En préventif, le D-mannose contenu dans le dispositif médical Femannose®N a une efficacité égale voire supérieure à l’antibiotique8. Un sachet par jour, pendant un mois minimum (avec possibilité de prolonger au-delà en faisant une pause de 3 à 5 jours tous les 30 jours de prise) pourrait alors vous permettre de ne penser qu’à votre weekend en amoureux. 

Si malheureusement vous êtes victime d’une cystite aiguë, vous pouvez également prendre Femannose®N dans le cadre d’un traitement curatif. Avec Femannose®N, des premiers résultats peuvent être obtenus dès les premières 24 heures9. Cependant, le traitement doit toujours être pris dans sa totalité, pendant 5 jours. Avec l’apport journalier le plus dosé du marché, Femannose®N administre jusqu’à 6 g de D-mannose par jour (contre 2 g en moyenne pour les compléments alimentaires). 

Le saviez-vous ?

Femannose®N empêche les bactéries E.coli responsables de la cystite lune de miel de se fixer à la vessie, décroche celles déjà fixées et les élimine avec le flux urinaire. De plus, le D-mannose contenu dans Femannose®N est une molécule naturellement présente dans la vessie. 

1. Dr Judith Reichman, Help! What do I do about 'honeymoon cystitis ?, Today, 2005.  

2. Association Française d’Urologie, Cystites récidivantes : des moyens de prévention non médicamenteux, 2017.

3. F. Haab, Les cystites post coïtales, Revue Genesis, consulté en 2021

4. Ameli, Comprendre la pyélonéphrite aiguë, 2020.  

5. National Health Service, Chlamydia, 2008.  

6. Badran Y.A., et al., Impact of genital and sexual activity on urinary tract infection during pregnancy, Urology Annals,  7 (4) : 478-481, 2015.  

7. J.- P. Boiteux et al., CIAFU - Cystites récidivantes : Questions aux experts, Association Française d’Urologie, 2010.  

8. Kranjcec B., Papes D., Altarac S., D-mannose powder for prophylaxis of recurrent urinary tract infections in women: a randomized clinical trial, World Journal of Urology, 32 : 79-84, 2014. (D-mannose vs nitrofurantoïne vs aucun traitement)

9. 1 femme sur 2 ne ressent plus aucune douleur dès les 1ères 24 heures, Yougov pour Klosterfrau, Etude patiente, 2018.

Vous avez une question sur FEMANNOSE®N?

Contactez nous