Femannose D-Mannose
Pour le traitement et la prévention des cystites et autres infections urinaires

Cystite : comment la soigner?

70% des femmes sont atteintes d’une cystite au moins une fois dans leur vie1. Cette infection touche 50 fois plus les femmes que les hommes2. Même si elle est douloureuse et gênante, cette inflammation ne reste pas sans traitements.

Une cystite est une inflammation de la vessie

Comment reconnaître une cystite ?

Une cystite est une inflammation de la vessie. Elle est due, dans la très grande majorité des cas, à la présence et la prolifération de bactéries dans ce réservoir. Ces bactéries proviennent le plus souvent de l’intestin et la plus fréquente d’entre-elles est Escherichia Coli, ou E.Coli, responsable de 90% des infections3.  

Une infime minorité de femmes souffrent de cystite non bactérienne : ces cystites sont qualifiées d’interstitielles. Si c’est votre cas, des traitements existent, plus d’informations sur instillamed.fr.

Plusieurs symptômes sont caractéristiques de la cystite bactérienne : des brûlures lors du passage aux toilettes, des envies d’uriner sans en avoir vraiment besoin, une urine malodorante ou bien encore une douleur diffuse dans le bas du ventre.

 

Quelles sont les causes des infections urinaires ?

Les bactéries E.Coli étant présentes dans la vessie, le simple fait d’uriner contribue à en éliminer une partie. A l’inverse, se retenir d’uriner ou ne pas boire assez favorise la prolifération des bactéries dans la vessie. Boire suffisamment (entre 1,5L et 2L d’eau par jour) constitue donc une première solution face aux infections urinaires.  

Les rapports sexuels sont un facteur important d’infection urinaire. Les mouvements du pénis, de la langue et des doigts facilitent la migration des germes vers le vagin, proche de la vessie. C’est pour cela qu’il est toujours conseillé d’uriner maximum 15 minutes après un rapport sexuel. L’infection urinaire liée aux rapports sexuels est un mécanisme bien connu, on l’appelle même la cystite lune de miel car elle survient souvent avec un nouveau partenaire4

Enfin, les infections urinaires peuvent être aussi liées à des mauvaises habitudes d’hygiène corporelle. Par exemple, avoir une hygiène vaginale trop poussée favorise l’apparition de cystites, il convient plutôt d’utiliser un savon au pH neutre et de ne surtout pas faire de douches vaginales5. Après être passée à la selle, il est aussi important de bien s’essuyer d’avant en arrière.

Les complications liées aux cystites

Lorsque vous ne traitez pas une infection urinaire, ou que vous ne le faites pas assez rapidement, des complications peuvent surgir. La plus connue et la plus grave d’entre-elle apparaît lorsque l’infection (en fait, les bactéries) remonte jusqu’aux reins, on parle alors de pyélonéphrite. Elle se manifeste par des symptômes similaires à ceux d’une cystite simple et d’autres symptômes à prendre très au sérieux comme de la fièvre (à partir de 38°C) ou des douleurs dans le bas du dos. Si vous avez ces symptômes, il convient de consulter votre médecin dans les plus brefs délais ou d’aller directement aux urgences.

Cystites et antibiotiques

Les antibiotiques demeurent aujourd’hui le traitement le plus courant pour soigner les infections urinaires. Avant d’avoir une ordonnance pour retirer les antibiotiques en pharmacie, votre médecin vous prescrira sans doute un test ECBU, c’est-à-dire un prélèvement urinaire qui permet de diagnostiquer la cause de la cystite. Les antibiotiques prescrits dépendront alors, entre autres, des bactéries infectieuses détectées dans votre urine.  

Pourtant, les antibiotiques sont aujourd’hui critiqués. En effet, leur utilisation répétée est devenue un réel problème de santé publique: aucun nouvel antibiotique n’a été développé depuis 25 ans6. Par conséquent, les bactéries sont devenues de plus en plus résistantes aux antibiotiques, c’est ce qu’on appelle l’antibiorésistance. E.Coli, principale bactérie responsable de la cystite, est en particulier concernée7

Plusieurs traitements sans antibiotiques peuvent limiter le recours aux antibiotiques.

Les traitements sans antibiotiques

On peut d’abord distinguer les compléments alimentaires qui apportent un confort urinaire, des dispositifs médicaux qui sont des traitements contre la cystite et les infections urinaires (comme Femannose®N)

Les traitements sans antibiotiques

Grâce à son apport externe en D-mannose, Femannose®N, formule sans antibiotique, traite les crises aigües de cystites. Le D-mannose est une molécule naturellement présente sur les parois de notre vessie. Les bactéries E.Coli aiment adhérer au D-mannose, c’est ce qui provoque l’inflammation des tissus et donc l’infection. Femannose®N, en apportant du D-mannose externe,  joue le rôle de leurre : il sature la vessie en D-mannose, grâce au dosage journalier le plus important du marché (jusqu’à 6g/jour). Les bactéries E.Coli en suspension sont alors [1] neutralisées et celles qui étaient fixées [2] se décrochent de la paroi vésicale. Les bactéries, alors toutes en suspension dans la vessie, peuvent être éliminées lors du passage aux toilettes [3].

Quels résultats ? Dès les premières 24h, une patiente sur deux ne ressent plus de douleurs8
Chez les femmes, les infections urinaires sont en majorité bénignes. Mais, elles peuvent parfois être récurrentes c’est-à-dire 3 épisodes par an ou plus. C’est en particulier le cas chez les femmes enceintes.

Les cystites en période de grossesse

La grossesse est un facteur qui favorise l’apparition de cystites. Le poids du bébé empêche la vessie de se vider complètement et l’urine devient moins acide. En effet, les changements physiologiques et hormonaux réduisent son acidité9. Alors, le milieu alcalin dans lequel évoluent les bactéries est plus favorable à leur prolifération.

Les symptômes chez la femme enceinte peuvent s’apparenter à ceux liés à une grossesse normale (sensation de pesanteur, envie fréquente d’uriner, etc.). Il faut alors être encore plus vigilant pour éviter des risques de complications. Si la cystite n’est pas diagnostiquée assez tôt, la principale complication pouvant survenir est la pyélonéphrite, l’infection des reins. En général, on peut la reconnaître quand une fièvre élevée (38°C) s’ajoute à des symptômes d’infection urinaire. Il est alors nécessaire de soigner rapidement cette grave infection. Alors, si vous avez de la température, prenez rendez-vous rapidement avec votre médecin traitant pour vérifier que des complications ne sont pas à l’origine de votre température élevée, ou allez aux urgences.

Pour les femmes ayant déjà présenté des épisodes d’infection urinaire avant leur grossesse, une surveillance sera établie en prévention. 

Il est donc nécessaire d’être vigilant lors de l’apparition d’infections urinaires pendant la grossesse. Elle peut impacter le traitement à prendre. Femannose®N convient aux femmes enceintes (et allaitantes), à condition toutefois, d’avoir un avis médical préalable.  

Les femmes ne sont pas les seules concernées par les infections urinaires ! Elles peuvent toucher les hommes dans une moindre mesure. Attention, elles sont aussi moins bégnines. 
 

 

Le traitement de la cystite chez l’homme

Une infection urinaire est moins bénigne chez l’homme que chez la femme. En effet, elle peut être associée à d’autres infections. 

Les causes de ces infections sont parfois à chercher dans les testicules, l’épididyme ou la prostate. Dans ces cas-là, des examens complémentaires et un examen clinique peuvent donner des pistes au médecin pour savoir comment traiter cette pathologie initiale.  

Même si son nom sonne très féminin, Femannose®N convient aux hommes lorsque ceux-ci présentent des cystites ou des infections urinaires simples, à la même posologie.

Femannose®N

Femannose N contient du D-mannose, une molécule qui propose une approche différente du traitement et de la prévention des cystites dès l’âge de 14 ans. Il empêche les bactéries E.Coli de s’accrocher à la vessie et décroche celles déjà fixées.

  • Caractéristiques du produit
    • Femannose®N - une solution pour traiter et prévenir les cystites
    • Mode d’action complet du D-mannose
    • Bonne tolérance
    • Limite le recours aux antibiotiques (en prévention)1
    • Pas de développement de résistance
    • Convient aux femmes enceintes et allaitantes, après avis médical
    • Convient aux diabétiques, après avis médical
    • Produit naturel, végétarien et vegan, sans gluten, lactose et agents
    • conservateurs
    • Arôme framboise naturel
    • Dès 14 ans

1 Etude Odoxa pour Femannose®N, les françaises et la cystite, 2018. 
2 Dr. Wilwert et al., Cystite aiguë simple, Conseil Scientifique, domaine de la santé, 2006 
3 Thivent V., Infection urinaire : de la cause au traitement, sciencesetavenir.fr, 2015, consulté en février 2021. 
4 Dr. Albe-Ly S., l’infection urinaire est-elle contagieuse ?, zavamed.com, 2020, consulté en février 2021 
5 Dr. Bohbot J.M., Cystite, fr.saforelle.com, consulté en février 2021 
6 Organisation Mondiale de la Santé, Infographie, What you need to know about antibiotic resistance. 
7 Observatoire National de l’Epidémiologie de la Résistance Bactérienne aux Antibiotiques (ONERBA), Rapport d’activité 2017, sensibilité d’E.Coli aux antibiotiques, réseau REUSSIR, novembre 2018. 
8 Klosterfrau, Etude Patiente sur Femannose®N, 2018. 
9 Pr. Caron F., Infections urinaires au cours de la grossesse, Société de Pathologie Infectieuse Française, 2015

Vous avez une question sur Femannose N?