Les infections urinaires pendant la grossesse

L'infection urinaire est fréquente pendant la grossesse et le traitement d’une infection urinaire ne doit pas être négligé. Toute infection urinaire chez une femme enceinte est en effet, par définition, une infection à risque de complications, maternelles et/ou foetales.

L’infection urinaire est l’infection bactérienne la plus fréquente chez la femme enceinte : elle concerne 2 à 10 % des femmes enceintes1.

Une infection urinaire non traitée peut être à l’origine d’un accouchement prématuré, d’un retard de croissance du foetus ou parfois d’une infection du foetus2.

Pourquoi les infections urinaires sont-elles si fréquentes chez la femme enceinte ?

Pourquoi les infections urinaires sont-elles si fréquentes chez la femme enceinte ?

Dès le premier semestre de la grossesse, des modifications hormonales interviennent sur la vessie diminuant leur tonus. De ce fait, les urines ont tendance à stagner, ce qui favorise les infections2.

À partir du second trimestre, l’utérus grossit. Il compresse la vessie et les canaux urinaires. La femme enceinte a souvent envie d’uriner mais n’y parvient pas forcément puisque la vessie n’est pas pleine.

D’autre part, un diabète transitoire (de quelques semaines à quelques mois) est parfois observé au cours de la grossesse. Ce diabète favorise la survenue d’une infection urinaire2.

Pourquoi les femmes enceintes sont-elles plus sujettes aux infections urinaires ?

Au cours de la grossesse, les infections urinaires sont favorisées par deux facteurs principaux3 :

  • Les hormones. L’augmentation du taux de progestérone a pour conséquence de ralentir la production et donc l’élimination des urines. Les urines stagnent dans la vessie… et avec elles les bactéries qui ne sont donc pas évacuées. Cette stagnation des bactéries favorise les infections urinaires. Aussi, à cause des hormones, l’urètre - le canal qui relie le méat urinaire à la vessie - est plus dilaté et facilite la remontée des bactéries ;
  • Une diminution de l’acidité des urines. Ce manque d’acidité agit sur la multiplication des bactéries.

💡Progestérone et grossesse

La progestérone est une hormone féminine qui sert à préparer l'utérus pour une grossesse.

La plupart du temps, un taux élevé de progestérone indique simplement une grossesse.

Quels sont les symptômes d’une infection urinaire ?

En raison de la pression du bébé sur la vessie et de la stase urinaire (ralentissement de l’écoulement de l’urine provoquée par un obstacle), l’infection urinaire pendant la grossesse est accentuée.

Les symptômes qui doivent y faire penser sont :

  • Des douleurs du bas du ventre ;
  • Une envie fréquente d'uriner ;
  • Des brûlures en urinant.

Cependant, et c’est une difficulté, les infections urinaires au cours de la grossesse ne sont pas toujours faciles à identifier. C’est pourquoi, et afin d’éviter le risque d’infection des reins, votre médecin recommande le dépistage de la présence de bactéries dans les urines par le test de la bandelette urinaire2.

Comment diagnostiquer et traiter une infection urinaire pendant la grossesse ?

Comment diagnostiquer et traiter une infection urinaire pendant la grossesse ?

Les infections urinaires sont fréquentes au cours de la grossesse. C’est pourquoi le dépistage de la présence de bactéries dans les urines est systématiquement réalisé. Le test de la bandelette urinaire est pratiqué tous les mois dès le quatrième mois de grossesse. Si le test est positif, un examen complémentaire des urines a lieu en laboratoire4. Il s’agit d’un examen cytobactériologique des urines (ECBU).

Chez les femmes ayant un risque d'infection urinaire élevé, un ECBU est demandé lors de la première consultation puis chaque mois à partir du quatrième mois de grossesse.

En dehors des examens, une femme enceinte qui ressent des symptômes de cystite doit consulter rapidement son médecin. Traitée à temps, une cystite est sans danger pour la femme enceinte ou pour le bébé.

Comment savoir si j’ai un risque élevé d’infection urinaire ?

En général, le risque d’infection urinaire est élevé s’il existe :

  • des malformations des voies urinaires ;
  • un dysfonctionnement des voies urinaires ;
  • du diabète ;
  • des antécédents de cystite récidivante.

Quels sont les risques d’une cystite au cours de la grossesse ?

La première complication d’une infection urinaire non traitée apparaît lorsque les bactéries présentes dans la vessie remontent jusqu’aux reins, créant une infection urinaire dite « haute » : la pyélonéphrite2. L’hospitalisation initiale est recommandée car les symptômes sont plus importants.

Parmi les symptômes les plus fréquents, la personne touchée par une pyélonéphrite peut ressentir :

De la fièvre

De la fièvre

Des frissons

Des frissons

Des douleurs dans le bas du dos

Des douleurs dans le bas du dos

Des nausées ou des vomissements

Des nausées ou des vomissements

Les chiffres clés de la pyélonéphrite

  • 20 à 40 % des infections urinaires pendant la grossesse se compliquent d’une pyélonéphrite aiguë1 ;
  • La pyélonéphrite complique 1 à 2 % des grossesses et représente la première cause de fièvre chez la femme enceinte5.

Comment prévenir les cystites au cours de la grossesse ?

La prévention d’une cystite au cours de la grossesse relève des conseils habituels lors de toute infection urinaire6 :

Comment prévenir les cystites au cours de la grossesse ?
  • Buvez plus d’un litre et demi d’eau par jour ;
  • Ne retenez pas un besoin d’uriner ;
  • Tenez propres les parties intimes de votre corps en utilisant un gel lavant doux et sans savon ou un savon au pH neutre ;
  • Urinez rapidement (maximum 15 minutes) après les rapports sexuels ;
  • Après être allée à la selle, essuyez-vous toujours d’avant en arrière ;
  • Portez des sous-vêtements en coton ;
  • Évitez l’utilisation de spermicides.

Pendant la grossesse, il est recommandé de limiter la consommation de café ou d’épices qui peuvent irriter la vessie. Une auto-surveillance avec des bandelettes urinaires peut être proposée aux futures mères2.

Produit naturel contre la cystite - Femannose

Femannose®N : en prévention pendant la grossesse

La prise de Femannose®N en prévention pendant la grossesse (après avis médical) est possible et permet de prévenir les cystites et autres infections urinaires simples basses.

La posologie est d’1 sachet /jour pendant 1 mois, avec possibilité de prolonger au-delà, en faisant une pause de 3 à 5 jours tous les 30 jours de prise.

Femannose®N : un traitement curatif pour la femme enceinte

Le D-mannose contenu dans Femannose®N est principalement étudié pour ses bienfaits dans le traitement de la cystite, autant de manière préventive que curative.

Le D-mannose, c’est quoi ?

Le D-mannose, c’est quoi ?

Le D-mannose est la substance active de Femannose®N. Le D-mannose est un sucre produit en petites quantités par notre organisme.

Femannose®N empêche les bactéries de se fixer à la vessie, décrochent celles déjà fixées et les éliminent avec le flux urinaire.

Femannose®N permet de traiter les cystites et autres infections urinaires simples basses et de prévenir les récidives7.

Femannose®N : un dispositif médical rapide et efficace8.

96% des patientes jugent le traitement de l’infection urinaire avec Femannose®N efficace et 1 femme sur 2 souffrant de cystite ou d’infection urinaire ne  ressent plus aucune douleur dès les premières 24 heures après la prise de Femannose®N.

Pour en savoir plus :
CYSTITE & INFECTION URINAIRE : mode d’emploi ?
Cystite & infection urinaire : mode d’emploi ?

Ça commence par une envie fréquente d’aller aux toilettes alors que la vessie est presque vide …

Comment éviter les infections urinaires ?
Comment éviter les infections urinaires ?

Pour vous éviter les infections urinaires / cystites, nous vous dévoilons quelques bons réflexes à adopter ...

Cystite : comment la soigner?
Cystite : comment la soigner?

Une cystite est une inflammation de la vessie. Elle est due, dans la très grande majorité des cas ...

Annonces [AD] sur Google :
- Efficace* : jugé efficace par 96% des patientes - Etude patiente sur Femannose®N, Yougov pour Klosterfrau, 2018.
- Rapide* : 1 patiente sur 2 ne ressent plus de douleur dès les premières 24 heures - Etude patiente sur Femannose®N, Yougov pour Klosterfrau, 2018.
- Causes & symptômes* : Ameli, Cystite : symptômes et causes, 2021.
- Infection urinaire après un rapport sexuel* : Dr Judith Reichman, Help! What do I do about 'honeymoon cystitis ?, Today, 2005.
- 70% des femmes contractent une cystite au cours de leur vie* : Odoxa pour Femannose, Les Françaises et la cystite, 2018.
- 20 à 50% des hommes seront affectés par une infection urinaire* :  La Revue du Patricien, La cystite chez l’homme… ça existe ?, 2021.

1. La revue du praticien, Connaître les particularités de l’infection urinaire au cours de la grossesse, 2017, consulté en 2022.
2. Vidal, Les infections urinaires chez la femme enceinte, mise à jour décembre 2020.
3. Dr Chantale Ouellet, Grossesse: l'infection urinaire, Septembre 2020.
4. Ameli, Le diagnostic, le traitement et l’évolution de la cystite, 2022.
5. CNGOF, Infection urinaire et grossesse, consulté en 2022.
6. Ameli, Prévenir l’infection urinaire et les récidives de cystite, mis à jour juin 2022.
7. Wagenlehner et al., Non-interventional study with Femannose® N to investigate tolerance, quality of life and course of symptoms in acute uncomplicated urinary tract infection, Journal of Pharmacology and therapy, 2020.
8. Jugé efficace par 96% des patientes & jugé rapide car 1 patiente sur 2 ne ressent plus aucune douleur dès les premières 24 heures - Étude patiente sur Femannose®N (n=120), Yougov pour Klosterfrau, 2018.