Femannose D-Mannose
Pour le traitement et la prévention des cystites et autres infections urinaires
Peut-on faire l’amour en cas d’infection urinaire ?

L’infection urinaire n’est ni transmissible, ni contagieuse. Donc oui, vous pouvez faire l’amour avec une infection urinaire, même s’il est préférable d’attendre que les symptômes disparaissent avant d’avoir des rapports sexuels, pour un meilleur confort.

Cystite causes : tout savoir sur l'infection urinaire ! Femannose

Qu’est-ce qu’une infection urinaire?

Une infection urinaire est appelée cystite lorsque la colonisation et la prolifération des bactéries prend place dans la vessie. Les bactéries à l’origine de la cystite proviennent de l’intestin : elles sortent par l’anus, passent par le méat urinaire, remontent l’urètre et se multiplient dans la vessie. Escherichia Coli est de loin la bactérie qui cause le plus de cystites (près de 9 sur 10). 

Cette infection vésicale touche en majorité les femmes : c’est surtout dû à leur anatomie. Là où l’urètre mesure une vingtaine de centimètres chez l’homme, les femmes en possèdent un 5 fois plus petit : il mesure au maximum 4 cm. Cette courte longueur facilite la remontée de l’urètre par les bactéries, qui pourront ensuite se multiplier dans la vessie.

Les signes d’une infection urinaire sont surtout liés au fait d’uriner : la miction. Une envie pressante et très fréquente d’uriner, peu d’urine évacuée, des sensations de brûlures au moment d’uriner font fortement penser à une cystite. Une urine malodorante voire trouble et des douleurs dans le bas du ventre peuvent aussi survenir lors de ces épisodes infectieux.

Pourquoi la cystite post-coïtale apparaît-elle ?

La cystite n’est pas une infection sexuellement transmissible : ce sont des bactéries qui ont migré et qui se multiplient dans la vessie. Mais alors, pourquoi l’infection apparaît-elle souvent après un rapport sexuel ?  
 

  • Raison #1 : le mouvement du pénis aide les germes à migrer de l’extérieur vers l’intérieur, par action mécanique. De même, les mouvements de la langue et des doigts peuvent aussi contribuer à faciliter la poussée des germes vers le vagin.
  • Raison #2 : le méat urinaire, le vagin et l’anus se trouvent proches les uns des autres, facilitant ainsi le passage des bactéries de l’anus vers le méat urinaire. Et comme l’urètre féminin est très court, dès qu’une bactérie y entre, elle a facilement accès à la vessie.
  • Raison #3 : l’acte sexuel augmente la pression vaginale, ce qui a pour effet de comprimer l’urètre. Cette compression peut faire remonter le contenu de l’urètre vers la vessie.
  • Raison #4 : avoir un nouveau partenaire. Dans ce cas, votre corps n’a pas encore eu le temps de s’adapter aux germes de votre partenaire, augmentant ainsi les risques de survenue d’une cystite post-coïtale. Elle est aussi appelé la cystite lune de miel.
 

La reprise de l'activité sexuelle favorise l’apparition de cystites

Après une longue période d’abstinence, comme avec un nouveau partenaire, il est fréquent de voir des femmes présenter des signes d’infection urinaire après un rapport sexuel. Les personnes qui font souvent l’amour sont aussi plus susceptibles de développer des infections urinaires. 

 

Comment prévenir les infections urinaires après un rapport sexuel ?

Pour vous prémunir des douleurs et autres gênes occasionnées par les cystites, nous vous conseillons d’uriner immédiatement après l’acte sexuel, ou en tout cas maximum 15 minutes après. Une vidange de la vessie permettra aux bactéries qui ne font pas partie de la flore vaginale d’être expulsées. Veillez bien à vider votre vessie : des résidus d’urine restant dans votre vessie sont propices à la multiplication des bactéries. 

Buvez suffisamment d’eau. Pour uriner, il faut bien boire. Donc n’hésitez pas à boire entre 1,5 litre et 2 litres d’eau par jour : faites en fonction de vos besoins et de votre activité physique. N’hésitez pas à boire suffisamment surtout dans les heures et les jours qui suivent l’acte sexuel. 

Après le rapport, faire votre toilette intime est bénéfique. Cette toilette diminuera le risque de contracter une infection urinaire. Vous pouvez la faire mais sans avoir recours à la douche vaginale : elle pourrait endommager la flore vaginale. Il est bon de noter qu’une hygiène excessive détruit les bactéries protectrices de la flore vaginale, favorisant ainsi les cystites. A l’opposé, un manque d’hygiène contribue aussi à la survenue d’infections du système urinaire. 

Evitez de porter des sous-vêtements trop serrés et synthétiques, surtout après l’acte sexuel. Ils favorisent la transpiration et donc la prolifération des microbes. Privilégiez plutôt les sous-vêtements en coton. 

Un autre conseil est de veiller à ne pas être constipée. Si c’est le cas, ne tardez pas trop à régler ce problème. La constipation fait augmenter le nombre de bactéries dans l’anus. Favorisant ainsi la prolifération de micro-organismes dans la région anal et leur migration vers les lèvres et les occasions de s’auto-infecter. 

Femannose®N peut vous aider

Enfin, Femannose® N prévient les infections urinaires (lors d’un nouveau partenaire, ou lors d’une reprise d’activité sexuelle par exemple) : prenez 1 sachet /jour pendant 1 mois. Vous avez la possibilité de prolonger au-delà d’1 mois, en faisant une pause de 3 à 5 jours tous les 30 jours de prise. Si vous ressentez les premiers symptômes d’une infection, passez immédiatement en posologie de traitement : 3 sachets /jour pendant 3 jours puis 2 sachets /jour les 4ème et 5ème jours.

Finalement, une infection urinaire n’empêche pas de faire l’amour : il n’y a pas de contre-indications formelles à ce que le rapport sexuel ait lieu. Mais comme l’acte peut accentuer certains symptômes, et que les douleurs sont parfois importantes, vous pouvez attendre d’être complètement rétablie avant de reprendre une activité sexuelle normale. Enfin, l’infection urinaire n’étant pas une infection sexuellement transmissible, vous n’avez pas à vous inquiéter pour votre partenaire.

Produit naturel contre la cystite - Femannose

Femannose®N

Femannose N contient du D-mannose, une molécule qui propose une approche différente du traitement et de la prévention des cystites dès l’âge de 14 ans. Il empêche les bactéries E.Coli de s’accrocher à la vessie et décroche celles déjà fixées.

  • Caractéristiques du produit
    • Femannose®N - une solution pour traiter et prévenir les cystites
    • Mode d’action complet du D-mannose
    • Bonne tolérance
    • Limite le recours aux antibiotiques (en prévention)1
    • Pas de développement de résistance
    • Convient aux femmes enceintes et allaitantes, après avis médical
    • Convient aux diabétiques, après avis médical
    • Produit naturel, végétarien et vegan, sans gluten, lactose et agents
    • conservateurs
    • Arôme framboise naturel
    • Dès 14 ans

Vous avez une question sur Femannose N?